Quelle est la signification habituelle du disque Gini ?

Le record de Gini ou coefficient de Gini est une proportion factuelle de dispersion qui a été créée par l’analyste italien Corrado Gini en 1912. Il est utilisé pour vérifier la disparité financière, en estimant le transfert de salaire au sein d’une population.

Le coefficient varie de 0 (ou 0%) à 1 (ou 100%), 0 correspondant à l’uniformité et 1 au déséquilibre. Les qualités supérieures à 1 ne sont pas essentiellement concevables car on ne tient pas compte des salaires négatifs. (Le salaire peut être 0 au maximum réduit mais pas négatif)

Ainsi, une nation où chaque habitant a un salaire similaire aurait un coefficient de Gini de 0. Une nation où un habitant gagne tout le salaire, tandis que chaque autre personne ne gagne rien, aurait un coefficient de Gini de 1.

Comme nous le savons probablement maintenant, le coefficient de Gini est un instrument important pour examiner en même temps la dispersion des salaires ou des richesses au sein d’une nation ou d’un lieu,

Il ne faut pas confondre Gini avec une estimation forfaitaire des salaires ou des richesses.

Une nation à hauts salaires et une autre à bas salaires peuvent avoir un coefficient de Gini équivalent, à condition que les moyens de subsistance soient répartis de manière comparable dans chaque nation :

La Turquie et les États-Unis avaient tous deux des coefficients de Gini salariaux autour de 0,39-0,40 en 2016, comme l’indique l’OCDE, mais le PIB par habitant de la Turquie ne représentait pas exactement 50 % de celui des États-Unis. (en dollars de 2010).

Utilisation de la liste de Gini dans les informations affichant

Le coefficient de Gini ou indice de Gini estime le déséquilibre entre les estimations d’une variable. Plus l’estimation d’un enregistrement est élevée, plus les informations sont dispersées. D’autre part, le coefficient de Gini peut également être déterminé comme la moitié de la moyenne relative de la distinction totale.

Représentation graphique de l’indice de Gini (courbe de Lorenz)

Le coefficient de Gini est généralement caractérisé comme dépendant numériquement du coude de Lorenz, qui trace l’étendue du salaire total de la population (pivot y) qui est au total gagné par la base x% de la population.

La ligne à 45 degrés de cette manière parle de l’équité totale des salaires.

https://miro.medium.com/max/414/1*QEzpUyfdTsZCZ-XIPGelhA.png

Le coefficient de Gini pourrait alors être considéré comme la proportion de la zone qui se situe entre la ligne d’équité et le coude de Lorenz (dénommée An dans le diagramme (intitulé Figure ci-dessous) sur le territoire absolu sous la ligne d’équilibre (dénommée An et B dans le graphique) ; c’est-à-dire G = A/(A + B). Il est également équivalent à 2A et à 1-2B, car A + B = 0,5 (puisque les tomahawks s’échelonnent de 0 à 1).

On parle régulièrement de la liste de Gini sous forme graphique à travers le coude de Lorenz, qui montre le transport des salaires (ou des richesses) en traçant le percentile de la population par salaire sur le moyeu pair et le salaire total sur le pivot vertical.

Le coefficient de Gini est équivalent à la région située sous la ligne d’uniformité impeccable (0,5 par définition) à proximité de la zone située sous le virage de Lorenz, divisée par le territoire situé sous la ligne d’équilibre immaculé. En fin de compte, elle correspond au double de la région située entre le coude de Lorenz et la ligne d’uniformité impeccable.

Une autre perspective du coefficient de Gini est celle d’une proportion d’écart par rapport à une correspondance parfaite. Plus un virage de Lorenz s’écarte de la ligne droite parfaitement équivalente (ce qui correspond à un coefficient de Gini de 0), plus le coefficient de Gini est élevé et moins le public est équivalent.